La newsletter Biocoop

Restez informé de nos promotions, actualités et événements en magasin

inscrivez-vous
logo magasin
SCOP Bio Comminges
Coopérative de produits biologiques en SCOP

Aujourd'hui Mercredi

Ouvert de 09h30 à 13h00
et de 15h00 à 19h00

Infos Secteur Fruits & Légumes Biocomminges

Infos Secteur Fruits & Légumes Biocomminges

À partir du 17/08/2012

Biocoop Landorthe
Observez attentivement le rayon F&L et vous saurez de quoi est fait votre magasin bio! 
Fruits exotiques :

Le gingembre, les ananas et les mangues ne sont pas inscrits dans le cahier des charges Biocoop comme produits devant être exclusivement certifiés bio et équitables, comme le sont les bananes en provenance de la zone équatoriale (celles issues des îles Canaries ne peuvent pas présenter le logo équitable car originaires de l’hémisphère nord), le sucre et le café. Cela dit, selon
leur provenance, gingembre, ananas et mangues arrivent chez nous certifiés équitables ou non. Dorénavant, les responsables du rayon Fruits & Légumes veilleront à ce qu’ils soient commandés uniquement en fonction de leur caractère équitable. Ne vous étonnez donc pas si vous ne les trouvez plus, ou sporadiquement, en rayon.

Les Filières Fruits et Légumes Biocoop :

Dans la continuité de l'article "les prix selon Biocomminges" (disponible sur ce site), les précisions qui vont suivre vous permettront de mieux comprendre les tarifs que nous pratiquons en magasin, en particulier ceux du rayon Fruits Légumes.
Biocomminges n’est pas toujours l’offre la moins chère. Ce constat est à ramener dans le contexte de différenciation de Biocoop : le positionnement tarifaire des achats est en lien avec le prix de revient, sachant que la dimension équitable nord/sud, mais aussi nord/nord, est une des valeurs premières de l’entreprise. L’équité a effectivement un coût qui se répercute de la production, à la distribution et enfin au consom’acteur.
Il faut aussi savoir que les critères équitables Biocoop sont parfois plus relevés que la norme. Ainsi, les bananes que vous achetez issues de République Dominicaine ou du Pérou, sont payées aux groupements de producteurs locaux entre 1 et 2 dollars plus cher (le carton de 18kg) que ce qui se pratique habituellement en commerce équitable. Ceci s’explique notamment par la volonté de pérenniser des groupements de petits producteurs indépendants plutôt que de fonctionner avec des plantations appartenant à un seul propriétaire où, même en commerce équitable, les dérives sociales et foncières peuvent survenir.
Ce qui nous amène à un autre facteur d’incidence sur les prix : la politique de filière. Ce qu'il faut considérer c'est que la qualité de l'offre Biocoop ne réside pas uniquement dans sa capacité à proposer des bas prix et une certification, mais aussi à proposer, transparence, équité, recherche et connaissance des filières. Le cas des bananes ci-dessus est révélateur : le choix a été fait de travailler main dans la main avec un groupement de petits producteurs, ce qui correspond plus aux choix sociétaux et agricoles de Biocoop. Mais ceci a un coût.
Un autre exemple : sur 25 orangeraies visitées en Espagne l’année dernière par des salariés de biocoop, seules 6 ont été retenues car elles correspondent aux critères de Biocoop : soit plus de 75 % des exploitations qui ont été écartées. Les produits de ces exploitations qui ne correspondaient pas aux critères de Biocoop sont obligatoirement présents chez les offres concurrentes, à moindre prix.
En toute logique, Biocoop ne pratique pas les techniques commerciales dites du One Shot (« un coup ») qui consiste à répondre au pied levé à une offre commercialepour un produit (par exemple l’orange) proposé à tel prix avec certification, mais dont on ne sait pas d’où il vient, ni comment est gérée l’exploitation…. Le prix défit toute concurrence mais quand à savoir les origines, les bases sociales, les pratiques agricoles en deçà de la certification, c’est une autre histoire. De plus, il n’existe aucun lien réel entre le distributeur et la production, ce qui s’avère toujours dommageable.

 Biocomminges coopérateur dans un réseau Biocoop disparate :

Ceux et celles qui se rendent parfois dans d’autres Biocoops l’ont peut-être remarqué : les prix évoluent selon les magasins. Certaines différences tarifaires du rayon fruits & Légumes peuvent s’expliquer, outre les fluctuations quasi journalières dans ce secteur, par la taille du magasin et les volumes commandés qui occasionnent des remises quantitatives à l’achat. Le taux de marge appliqué au rayon induit également une variable prix, sachant que chaque magasin, indépendant, est maître de ses marges (lire par ailleurs le « Biocomminges Infos Hebdo Les prix » pour connaître les marges de Biocomminges).
Une autre composante rentre en jeu : les plateformes d’approvisionnement en Fruits & Légumes. Il est inscrit dans le Cahier des Charges Biocoop, en valeur fondamentale, que « chaque sociétaire donne la priorité à l’approvisionnement en produits locaux certifiés biologiques ». C’est effectivement le cas à Biocomminges. Mais, parce que les productions locales ne répondent pas suffisamment à la demande et que beaucoup de produits, notamment les fruits, ne poussent pas, ou peu, dans nos contrées, nous avons recours à des plateformes d’approvisionnement. De nombreux fruits & légumes que vous achetez dans notre magasin transitent par la Plate Forme Sud Ouest Biocoop, qui commercialise des productions répondant à la politique de filière vue plus haut dans ce texte.  C’est bien pour cela que Biocomminges, quand les productions locales ne sont pas suffisantes ou absentes, passe exclusivement par la centrale d’achat Biocoop car elle est pour nous un gage de qualité.
Malheureusement, certaines enseignes Biocoop ne répondent pas à cette logique et exigence et font appel à des grossistes classiques qui ne mettent en place ni une politique ni un travail de filière. Et du coup, ces commerces peuvent afficher des tarifs moins élevés.
Il faut savoir que la situation ci-dessus évoquée est le fruit d’une des qualités majeures du réseau Biocoop : l’indépendance des 325 magasins qui y sont affiliés. En d’autres termes, Biocoop n’est pas une franchise et les différentes enseignes qui la représentent, bien que liées à un Cahier des Charges exigeant, ne sont pas tenues de s’approvisionner exclusivement chez Biocoop. Dans certains cas cela ne pose aucun problème, dans d’autres, comme pour les Fruits et Légumes, nous pouvons y voir une contradiction éthique.

Biocomminges impliqué politiquement dans la vie du réseau Biocoop :

Biocomminges s’investit beaucoup dans la politique Biocoop et nous tenons toujours à corriger les contradictions que nous relevons. C’est ce que nous avons fait sur le sujet des approvisionnements en proposant à l’ensemble des sociétaires du réseau Biocoop un rajout au Cahier des Charges :

Modification du Cahier des Charges, version 2011 :
a) «  Règles et ratios de distribution 1.1 Valeurs fondamentales », page 5 :


Biocomminges souhaiterait l’ajout du paragraphe suivant :

« 95 % des Fruits et Légumes distribués, avec achats locaux, doivent être issus des plateformes d’approvisionnement Biocoop »
Nous souhaiterions effectivement que soient pérennisées les filières qualitatives (transparence, groupements de producteurs, équité, solidarité) des Fruits & Légumes Biocoop et que les magasins cessent en grande partie de s’approvisionner chez des grossistes qui ne présentent pas les mêmes exigences et dont les valeurs sont parfois très éloignées de Biocoop. Les 5% restants laissent la possibilité aux magasins de se diriger vers des grossistes en cas de non livraison des plateformes Biocoop pour raisons de grèves, neige…


Malheureusement cette idée ne semble pas plaire à la majorité ca il y a souvent avantage, du point de vue tarifaire, à aller chercher chez des grossistes qui n'effectuent pas en amont un travail aussi conséquent que Biocoop. Mais l’idée fera son chemin et nous espérons un jour qu’elle séduira ! Pendant ce temps à Biocomminges, nous restons droit dans nos bottes où plutôt droit dans notre Biocoop !
Retour